On parle Gaming FUN!

La Martingale et ses variantes

La technique de la martingale se décline en plusieurs variantes dont certaines sont plus populaires que d’autres, et je les teste sur cette plateforme.

La martingale classique

Il s’agit de jouer une « chance simple » soit donc jouer le noir ou le rouge, pair ou impair ou encore passe ou manque. Cela fonctionne essentiellement sur la Roulette où il est donc possible de doubler sa mise à chaque fois que l’on essuye une perte sur un événement en cours. Un principe qui s’impose jusqu’à l’obtention d’un gain car au final, le joueur aura regagné tout l’argent qu’il a joué, en plus de sa mise de départ. La seule contrainte est de trouver un jeu où il est possible de jouer de manière indéfinie même en cas de pertes successives.

La martingale américaine ou montante américaine

martingale-americaine-messenger-astuce.comDans cette technique, le joueur commence par amplifier ses mises d’une unité à chaque gain qu’il remporte. Lorsqu’il perd, il retient la mise perdue puis replace tout de suite la même somme augmentée de sa première mise. Lorsqu’il gagne, il retient la mise remportée et enlève la première mise effectuée sur sa liste. Ensuite, il replace une nouvelle mise qui est la somme de la dernière et de la nouvelle première mise de sa liste.

La grande martingale

Cette technique a le même principe que la martingale classique. Mais en cas de perte, le joueur doit en plus de doubler sa mise, ajouter une unité. C’est une technique assez risquée puisqu’elle requiert une somme d’argent plus importante en cas de perte. Mais elle a l’avantage d’offrir des gains plus élevés aussi grâce à chaque unité de mise rajoutée à chaque perte.

La « piquemouche»

Cette autre variante de la technique de la martingale se déroule comme suit. Le joueur refait son jeu à une unité quand il gagne. Quand il perd, il augmente sa mise d’une unité. C’est seulement à partir de trois pertes continues qu’il double sa mise. Cette martingale a l’avantage d’être plus sûre mais les gains occasionnés sont nettement bien bas.

La martingale hollandaise

Cette technique s’applique surtout en cas de pertes. Elle consiste notamment à retenir les mises perdues au fil du jeu. D’abord, le joueur parie la mise la plus faible parmi celles qu’il a perdues, à laquelle il ajoutera une unité de mise. Ensuite il réalise la deuxième mise la plus faible et continue ainsi dans l’odre croissant. Lorsqu’il remporte un gain, il gagne ainsi le montant d’une mise perdue antérieurement en plus de son unité de mise. L’intérêt, le gain reste positif si les victoires et les échecs sont à peu près équilibrés.

La « pyramide d’Alembert»

Cette variante de la technique de martingale doit son nom à M. Jean le Rond d’Alembert, un mathématicien du XVIIIe siècle. L’idée est de penser qu’une perte favorise un gain ultérieur et inversement. Le joueur augmente ainsi sa mise d’une unité après une perte. Et inversement, il enlève une unité après un gain. C’est la technique la moins risquée de la série martingale.